Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2012

Compte-rendu du Café de Flore de Femmes 3000 du 08/11/2011 avec Elena Fourès : le leadership au féminin

Par Monique Raikovic - email  | Le compte-rendu en version pdf

elena foures.jpgInvitée au Café de Flore de Femmes 3000 le 8 novembre 2011 à venir nous parler du « leadership au féminin »[1], sujet qu’elle connaît bien et auquel elle a consacré un livre publié sous ce titre, Éléna Fourès[2] nous a rapidement convaincues qu’aujourd’hui encore, en Europe, dans le monde de l’Entreprise, le leadership obéissait exclusivement à des codes masculins. Consultante en Gouvernance multiculturelle, riche de vingt-neuf années de pratique sur trois continents, Éléna Fourès considère qu’avant d’être factuel, ce système de gouvernance des entreprises relève de notre mode d’être en société, c’est-à-dire de nos habitudes culturelles. « Le plafond de verre à abattre en priorité est celui qui se trouve dans nos têtes ! » résume-t-elle.

La personnalité de cette consultante internationale en gouvernance multiculturelle s’est forgée au sein d’une culture autre que la nôtre : en effet, Éléna Fourès a vu le jour en 1952 en Union soviétique. De parents architectes, elle dit « avoir grandi dans une famille typique de l’intelligentsia moscovite », d’alors. « Dès 1918, en Union soviétique, les femmes se sont vues accorder des droits identiques à ceux des hommes », rappelle-t-elle. « Quand je suis née, deux générations de femmes m’avaient précédée dans le monde du travail. Et, il m’était donné de croiser quotidiennement des femmes occupant les fonctions les plus diverses. Ainsi, dans la rue, en plein hiver, par moins 30°, je voyais des femmes à la manœuvre sur de hautes grues. Je savais aussi qu’à l’Université de Moscou, il y avait beaucoup plus de candidates que de candidats pour chaque place disponible. Et tous les gynécologues étaient des femmes. Il a fallu que je vienne en France pour réaliser que des hommes pouvaient exercer cette spécialité médicale ! ».

Lire la suite